L'auteur
Joseph Boinay
zephsk
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de Joseph Boinay
Coup de foudre

Cannes Météo #5 : avis de tempête

Festival / Récompenses | Par Joseph Boinay | Le 13 May 2018 à 19h50

Cannes Météo, c’est votre bulletin quotidien du Festival de Cannes, qui prend la température de la Croisette ! Ça commençait à s'assombrir un peu et l'orage a fini par éclater. Les Filles du soleil semblent bien mal porter leur nom, tant la foudre de nos critiques s'y est abattue, avec six avis négatif sur sept possibles. Heureusement, Trois visages de Jafar Panahi leur a redonné un peu le sourire. Ouf.

Certes, le film d’Eva Husson n’a pas entraîné les vivats de la rédaction, mais il y a eu bien des motifs de réjouissances : le petit coup d’éclat de Gaspar Noé avec Climax, qui s’est transformé en coup de cœur pour Guillemette Odicino ; la présentation en 70mm de 2001 : L'Odyssée de l’espace par Christopher Nolan et des nouvelles encourageantes du côté de la Quinzaine, avec notamment un Nicolas Cage au sommet de sa forme. Compte-rendu de cette folle journée


Macumba

Qu'on aime ou pas Gaspar Noé, au moins pouvons-nous dre qu'il ne laisse personne indifférent. Son dernier coup de poing, Climax, présenté à la Quinzaine des réalisateurs, a en tout cas séduit Guillemette Odicino, qui s'est laissée bercer par la danse macabre de celui qui n'aime rien d'autre que le sang et les larmes. : "Une acmé dans la quête cinématographique de ce cinéaste qui tente, avec sa caméra folle – et toujours plus inspirée que son stylo – d’attraper le meilleur et le pire d’une époque, le plus vital comme le plus déviant et létal." Reste à s'en faire une petite idée, avec ce teaser alléchant : 


Happy Birthday, HAL !

Pour le cinquantenaire du chef-d’œuvre métaphysique de Stanley Kubrick, Christopher Nolan a présenté une copie restaurée de 2001 en 70mm, recrée à partir des négatifs originaux, sans trucages digitaux, ni remasterisation, ni modification. L’occasion de se replonger 50 ans en arrière et revivre l’expérience telle que l’avaient vécue les spectateurs de l’époque. Aujourd’hui, le réalisateur d'Inception a également participé à une masterclass dans laquelle il s’exprime sur son rapport à l’œuvre et sur son propre cinéma. Pour les non-festivaliers, une sortie aura lieu le 18 mai dans quelques salles françaises. En ce qui concerne le tournage épique du film, Keir Dullea, l'astronaute mythique de 2001, évoque ses souvenirs forcément émus.


Happy Birthday bis

Emotion encore avec notre interview d’Arnaud Rebotini, le compositeur de 120 battements par minute. L’occasion d’apprendre notamment que si Jimmy Somerville berce de sa musique cette ode à Act-up, c’est aussi parce qu’il en a été le mécène. 


Comme un lion en Cage

Hier, nous vous parlions d'une future collaboration sacrément appétissante entre Nicolas Cage et Sion Sono. L'acteur a encore fait parler de lui à la Quinzaine, avec Mandy de Panos Cosmatos, "voyage fantasmagorique marqué par la vengeance, le sang et le feu" qui avait déjà marqué son monde à Sundance et qui fait le buzz sur la Croisette. Orgie trash, pop et visuelle pour @Rage3Love, le film a apparemment retourné le festival. 


Les films du jour vus par Télérama

Aujourd'hui, le tableau des notes ressemble aux montagnes russes : clairement du côté de la hate pour Les Filles du Soleil et du love pour Trois Visages

Fahrenheit 451, de Ramin Bahrani (Hors compétition) : pour sa première surproduction, Ramin Bahrani recompose le conte politique de Ray Bradbury et le revisite à la lumière de nos addictions aux réseaux sociaux, à la télévision et aux images. Une fiction efficace. 

Trois visagesplaidoyer pour l’art et la liberté de Jafar Panahi

Chris the Swiss, d’Anja Kofmel (Semaine de la critique) : Qu’est-il arrivé à son cousin, reporter de guerre mort au front ? En croisant images et animation, la réalisatrice revient sur les heures sombres et la part d’ombre d’un conflit et d’une histoire familiale. Une révélation.

Les Filles du soleil, de Eva Husson (Compétition) : avec ce deuxième film, la réalisatrice de Bang Gang s’aventure sur le terrain de la guerre en Syrie, mais rate complètement son sujet. Dommage...

Nos Batailles, de Guillaume Senez (Semaine de la critique) : un homme quitté par sa femme (très beau rôle incarné par Romain Duris), seul avec son fils et préoccupé par les combats sociaux qu’il mène au travail, tente alors de trouver un nouvel équilibre… Un deuxième long métrage sensible qui sonne juste.


Et l'avis des Vodkastos

A demain, pour un nouveau bulletin !

 

 

5 commentaires
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - vk-prod-mono-02 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -